Le mauvais coup de l'anti coup de liquide !

Un de nos clients, suite à des coups de liquide à répétition mais sur un intervalle assez long, nous a fait part de son désarroi. En effet, son installation étant équipée d’une bouteille anti- coup de liquide installée sur la tuyauterie d’aspiration, il pensait être dégagé de ce genre de problème.

Son installation est bien réglée, la surchauffe à l’aspiration est correcte, de plus l’arrêt du compresseur se fait en pump-down.

Il n’y a apparemment aucun risque de présence de fluide frigorigène liquide à l’aspiration du compresseur, L’expertise du compresseur détérioré ne laissait aucun doute sur l’origine de la panne, il comportait une plaque à clapet avec un porte-clapets de refoulement littéralement arraché et les clapets brisés.

Par contre, il n’y avait pas de trace de « lavage » des cylindres et des culasses, et également pas de détérioration mécanique due à la dilution de l’huile par du fluide frigorigène liquide.

Au démontage on a constaté une quantité importante d’huile dans les cylindres et les culasses.

Sans aucun doute ce compresseur avait été endommagé par un coup d’huile. En effet, l’huile comme le fluide frigorigène liquide n’est pas compressible, et quand une quantité importante d’huile arrive soudainement à l’aspiration du compresseur, cela provoque aussi de la « casse » de clapets.

La question qui s’est alors posée a été la suivante : Comment une quantité importante d’huile a-t-elle pu s’accumuler dans l’évaporateur et revenir soudainement au compresseur? Ce phénomène peut se produire surtout dans les utilisations basses températures où l’on rencontre des problèmes de miscibilité de l’huile dans le fluide frigorigène. On rencontre aussi ce phénomène quand il y a sur un même circuit des possibilités de réductions de puissance pouvant faire diminuer de plus de 50% le volume aspiré du compresseur. La vitesse des gaz vapeurs dans l’évaporateur peut être alors insuffisante pour ramener l’huile correctement.

De plus, le compresseur n’est pas correctement refroidi par les gaz frais aspirés. C’est pour ces raisons que nous déconseillons le montage de réductions de puissance faisant varier de plus de 50% la capacité du compresseur.

Mais pour en revenir à notre installation, il n’y avait pas de réduction de puissance, et le retour d’huile se faisait correctement. Par contre les incidents semblaient se produire quand l’installation fonctionnait en basse température.

La température pouvant varier selon la température d’utilisation, la température habituelle d’évaporation était de – 10’C mais pouvait descendre parfois à-30°C au R502. De plus ces incidents semblaient se produire après un déclenchement au pressostat différentiel d’huile. Notre attention s’est alors portée sur la bouteille anti-coup de liquide L’orifice est calibré dans la partie basse de la crosse, qui permet le retour d’huile normalement au compresseur. En utilisation basse température, la température à l’entrée de la bouteille était de -20’C.

ORIGINE DE LA PANNE.

A -20’C l’huile devient tellement visqueuse, qu’elle ne peut plus s’échapper par l’orifice calibré, la bouteille se remplit alors d’huile.

Le niveau d’huile descendant dans le carter du compresseur, celui-ci finit par couper au pressostat différentiel d’huile, mais comme l’installation était arrêtée, l’huile dans la bouteille se réchauffait et la crosse de la bouteille « anti-coup de liquide » se remplissait d’huile.

C’est l’exploitant sur le site qui en réarmant lui-même le pressostat différentiel d’huile, devait entendre les terribles coups de bélier caractéristiques des coups de liquide, II ne l’a confirmé qu’après avoir eu l’explication de la panne.

Publié le