Remplacement de plaques à clapets

Voilà les quelques gestes de base et conseils, qui vous éviterons des incidents lors d’interventions sur certaines pièces mécaniques d’un compresseur.

Nous allons parler du remplacement de plaques à clapets. Si le remplacement de plaques à clapets sur certains modèles ne présente pas vraiment de difficultés majeures, il est quand même conseillé de prendre certaines précautions.

  • Repérer les culasses et les plaques en écrivant ou en frappant un numéro sur chaque ensemble culasse plaque et carcasse,

  • Lors du démontage des plaques à clapets, il est nécessaire de laisser deux vis légèrement dévissées pour les raisons suivantes:

  • sur certaines plaques, cette méthode toute simple vous évitera de frapper sur le coté de la culasse et de la plaque à clapets pour les décoller avec comme conséquence, le risque de casser les pions (ou picots) de centrage des clapets.

Il faut donc pour décoller ces pièces, frapper avec parcimonie et avec un marteau sur le « dessus » de la culasse et faire levier sur le coté de la plaque à clapets, souvent équipée à cet endroit, d’ une proéminence permettant d’éviter d’endommager la portée du joint.

Une autre raison sur ce type de plaque comme sur toute pièce mécanique démontée, empêcher lors que les pièces se détachent subitement, de les recevoir sur les pieds, voir endommager ces pièces par le choc à terre.

En présence de ressorts anti-coup de liquide, souvent décelables par le fait que la tranche de la plaque n’apparaît pas entre la culasse et la carcasse, cette méthode vous évitera un accident lors du décollement du joint.

En effet, la culasse sera fortement projetée vers I’ extérieur. Eviter sur ce type de culasse, de laisser ses doigts entre la tête de vis et la culasse pour le cas ou celle-ci se décollerait à ce moment précis.

D’une manière générale, toujours manipuler les têtes de vis sans faire dépasser ses doigts. Prendre également la précaution de ne pas trop dévisser ces vis, car au moment du choc, la vis peut par la force des ressorts, emporter un fragment de fonte de la carcasse, rendant ainsi sur le chantier, quasiment impossible. le remontage d’autres clapets.

Avant tout remontage, prendre le soin de décoller les joints en protégeant efficacement tous les orifices sur la carcasse, afin d’éviter à ceux-ci de pénétrer dans le compresseur.

Joints en apparence similaires, mais l’ emplacement pour le passage de l’aspiration est différent sur un système à gaz chaud. Lors du remontage, veillez à l’exactitude de la correspondance des joints à remonter.

Pour cela, il faut les placer « à blanc » sur les deux parties mécaniques et s’assurer que les découpes correspondent exactement.

Il nous arrive trop souvent de recevoir des compresseurs dont les joints ont été remplacés et qui ne correspondent pas à l’ensemble culasse plaque à clapets.

Les plaques et les culasses doivent être positionnées à leur emplacement définitif délicatement, et maintenues par au moins deux vis placées à la main le plus loin possible afin de s’assurer d’être parfaitement dans le filetage.

Cette façon de procéder vous évitera par exemple de percer un clapet avec un pion de centrage si ce clapet a glissé lors du montage. Un serrage direct par une clé, vous fera perdre la notion de la force nécessaire à l’approche des ensembles, alors qu’à la main, cette force est immédiatement décelable. Pour la mise en place des joints, plusieurs méthodes font « école »:

– soit le montage à sec,

– soit avec un mélange graisse & huile, ou bien avec de l’huile.

Nous, nous avons opté pour ce montage plus classique, ne présentant aucune contrainte en atelier. Par contre, il a pour inconvénient sur site, de laisser des traces sur la peinture des compresseurs. Il vous faut donc dans ce cas, vous munir de dégraissant et de chiffons. Après quelques heures de fonctionnement de l’installation, il faut resserrer les culasses, aux couples préconisés.

Publié le