Remplacement d'une pompe à huile

Le remplacement d’une pompe, ne permet souvent que de constater qu’elle n’est pas la cause du manque de pression. Mais parfois il n’est pas de solution plus efficace pour s’assurer d’une légère dégradation mécanique d’un compresseur.

Il sera bon avant toute intervention, d’inverser le sens de rotation du compresseur, afin de solliciter la face encore vierge des engrenages. Cette méthode permet de contrôler une nouvelle pression.

Si celle-ci est toujours faible, il faudra envisager le remplacement de la pompe. Il existe plusieurs systèmes de lubrification pour les compresseurs à pistons. Pour ce qui nous concerne, nous nous intéressons à la lubrification par pompe à engrenages. Sur la plupart des compresseurs, celle- ci est accessible par vis à l’extérieur de celui-ci, mais pour d’autres, notamment sur les compresseurs TRANE, il est nécessaire de démonter un flasque derrière lequel elle se trouve logée. La première manœuvre consistera à isoler le compresseur, mais pas n’ importe comment.

Il sera sans doute nécessaire pour décoller le joint, de prendre un outil (encore un tournevis bien sûr..), du genre petit burin. Il sera très important de vérifier l’emplacement du joint, car certaines pompes possèdent des joints fortement alvéolés, et il est aisé de se tromper de sens. Il est donc fortement conseillé avant de décoller ce joint, de déballer la pompe neuve et de positionner sur celle-ci le joint neuf, ce qui réduira le risque d’erreur.

Avant le remontage, il est sage de vérifier l’état de la pompe supposée endommagée, En effet, même si son inspection n’apporte pas d’information criante, une forte usure des engrenages, de l’axe d’entraînement et de la bague de palier, confirmera la présence de particules métalliques à l’intérieur du compresseur. Son remplacement pur et simple ne suffira donc pas, et il sera nécessaire d’inspecter l’intérieur du compresseur, voir son remplacement.

Mettre en place la nouvelle pompe, en ayant pris soin auparavant avec une burette, d’introduire par l’orifice d’aspiration de la dite pompe, de l’huile identique à celle utilisée pour le compresseur. Ceci facilitera l’amorçage au cas ou le compresseur aurait eu tendance à manquer d’huile.

Une précaution importante, l’axe de la pompe devra se loger sans forcer dans la cavité du bout d’arbre. Il suffira de placer une vis dans le flasque de la pompe et le joint et de maintenir l’ensemble fermement, pour placer cette pompe correctement, afin de ne pas courir le risque que le joint change de place par rapport à l’alignement. Le pré-serrage se fera « toujours à la main », pour se confirmer que l’ensemble est correctement placé et ne pas courir le risque d’endommager l’axe de la pompe par un mauvais placement.

Il est conseillé après se type d’intervention, de profiter de cet arrêt pour effectuer une vidange d’huile. Sa couleur pourra être significative et peut être même que des particules métalliques seront visibles. Si elle semble correcte, il sera bon de pratiquer l’échange des cartouches déshydratantes, afin de parfaire la propreté du circuit.

Après tirage au vide et mise en service du compresseur, contrôler la pression différentielle avec la basse pression, en prenant soin de placer le manomètre sur le « carter » du compresseur et non pas sur la vanne aspiration à cause du risque de prendre la BP en amont des filtres aspiration qui peuvent être placés entre la vanne et le carter et qui ne sont pas visibles, ce qui peut provoquer en cas d’encrassement de ceux- ci, une lecture erronée.

Publié le